Pétition contre la censure de l'internet en Algérie

petition contre la censure de l'internet en algérie
petition contre la censure de l'internet en algérie

http://gopetition.com/online/33188.html

Français

Au cours de l’année 2009, la presse locale algérienne a rapporté que les autorités algériennes préparaient un filtre Internet afin de combatre le « cybercrime », et les sites « terroristes » et « pornographiques ». Des lois sont actuellement à l’état de projets afin de classer comme crime le contournement du filtre.

Les internautes algériens ont reçu cette nouvelle avec inquiétude, craignant que le filtre ne soit utilisé à des fins politiques. La preuve est faite le 1er janvier 2010. En ce premier jour de l’année, on a découvert que le site Internet du Mouvement Rachad (http://rachad.org) a été bloqué en Algérie. Le Mouvement Rachad est une organisation d’opposition pacifique qui n’entre dans aucune des catégories mentionnées ci-dessus.

Par sa nature, la liste du filtre des sites Internet bannnis sera établie par l’Etat sans consultation préalable des internautes. Les sites sont ainsi censurés par un corps de censeurs, non encore révélé. Le processus de censure n’est pas transparent. Il n’y a pas de justification donnée pour bannir les sites et il n’y a aucun moyen de contester la mise au ban.

Donc, il est évident que les sites bannis seront déterminés par le gouvernement pour des raisons politiques. Le gouvernement utilisera le filtre pour bannir les idées dissidentes et d’oppositions.

Nous condamnons fermement cette pratique car il est clair que cela est un manquement aux principes de libertés d’expression et d’information comme prescrit par l’article 19 du Pacte International relatif au Droits Civils et Politiques signé par l’Algérie le 10 décembre 1968 et ratifié le 12 septembre 1989.

L’Etat Algérien et le peuple Algérien aspirent aux hautes valeurs que sont la liberté et la démocratie, valeurs qui ont été défendues par nos pères et nos grands-pères pendant des décennies. La censure d’Internet est un manquement clair à ces valeurs, qui doit cesser.

Nous, les soussignés, tant à titre personnel, qu’en tant qu’organisations, nous nous opposons à la tentative de censure d’Internet par le gouvernement algérien. Nous demandons qu’aucun site ne soit interdit pour raisons arbitraires ou politiques.

Nous demandons instamment aux autorités de se concentrer sur le renforcement de la faible infrastructure de communication et nous encourageons les citoyens à participer au débat public en utilisant Internet.

Le peuple algérien mérite un réseau Internet fiable, libre et non-censuré.

http://gopetition.com/online/33188.html

العربية

خلال سنة 2009 ذكرت الصحف المحلية الجزائرية أن السلطات الجزائرية تستعد لوضع برنامج حجب مواقع إنترنت لمكافحة « الجريمة الحاسوبية » و المواقع « الإرهابية » و « الإباحية ». ويجري حاليا إعداد القوانين لجعل التحايل على الحجب جريمة جنائية.

وقد تلقى مستخدمو « الإنترنت الجزائريين » مثل هذه الأخبار بقلق، خوفا من أن يستخدم الحجب لأغراض سياسية. وجاء الدليل الأول في الفاتح من يناير/جانفي 2010، إذ تم حجب موقع حركة رشاد (http://rachad.org) ، وهي منظمة معارضة سلمية التي لا تندرج تحت الفئات المذكورة أعلاه.

تحدد السلطات قائمة المواقع المحجوبة دون استشارة متصفحي الإنترنت. وتخضع لرقابة هيئة لم يفصح عنها بعد، وعملية الرقابة غير شفافة، إذ لا تُقدّم مبررات لحجب موقع، أو وسائل للاحتجاج عليها ومعارضتها.

مما يعني أن الحكومة ستستعمل الحجب لأغراض سياسية لمنع المواقع المعارضة لها، والتي تنشر أفكار مخالفة لها.

إننا ندين بشدة هذه الممارسة التعسفية التي تعتبر خرقا واضحا لمبادئ حرية التعبير وحرية المعلومات كما تحددها المادة 19 من  » اﻟﻌﻬﺪ الدولي الخاص بالحقوق المدنية والسياسية » ، الذي وقّعت عليه الجزائر يوم 10 ديسمبر 1968 وصدّقت عليه في 12 سبتمبر 1989.

إن الدولة الجزائرية و الشعب الجزائري يطمحان إلى المثل العليا « كالحرية » و  » الديمقراطية « ، القيم التي ضحى من أجلها آباؤنا وأجدادنا منذ عقود، والرقابة على الإنترنت هو انتهاك صارخ لهذه القيم و يجب أن يتوقف.
————-
نحن الموقعون أدناه ، أفرادا ومنظمات نعارض محاولة الحكومة الجزائرية الرقابة على الإنترنت. ونطالب بأن لا يُمنع أي موقع لأسباب تعسفية أو سياسية.

ونحث السلطات الجزائرية على التركيز على تعزيز البنية التحتية الضعيفة للاتصالات و نشجع المواطنين على المشاركة بنشاط في النقاش العام باستخدام الإنترنت.

إنّ الشعب الجزائري يستحق إنترنت فعالة، حرة، وغير محجوبة.

http://gopetition.com/online/33188.html

English

During the year 2009 the Algerian local press reported that the Algerian authorities are preparing an Internet filter to combat « Cybercrime » , « Terrorist » and « pornographic » websites. Laws are being prepared to make circumventing the filter a criminal offence.

Algerians Internet users have received such news with anxiety, fearing that the filter will be used for political purposes. The evidence came on the 1st January 1st 2010. On the first day of the year, it was discovered the website of the Rachad Movement (http://rachad.org) has been blocked in Algeria. The Rachad Movement is a peaceful opposition organisation that does not fall under the categories mentioned above.

By its nature, the filter’s list of banned websites will be determined by the state without consulting Internet users. Websites are censored by a yet unannounced censorship body. The censorship process is not transparent. There is no reason given for banning websites, and there is no way to contest a ban.

It is evident that banned websites will be determined by the government for political reasons. The government will use the filter to ban opposition and dissident views.

We strongly condemn this practice as it is a clear breach of the principles of freedom of speech and freedom of information as determined by article 19 of the International Covenant on Civil and Political Rights, signed by Algeria on 10 December 1968 and ratified on 12 September 1989.

The Algerian state and the Algerian people have strong aspirations for the values of freedom and democracy, values that have been fought for by our fathers and grand fathers for decades. Internet censorship is a clear breach of these values and should be stopped.
———
We, the undersigned, individuals and organisations, oppose the Algerian government’s attempt at Internet censorship. We ask that no website should be banned for arbitrary or political reasons.

We urge the Algerian authorities to concentrate on strengthening the weak communications infrastructure and we encourage Algerians to actively participate in the civil discource using the Internet.

The Algerian people deserve a competent, free and uncensored Internet.

http://gopetition.com/online/33188.html

Aujourd’hui 03 janvier 2009 : 25e jour de grève de la faim de Mme Meriem Mehdi.

L’état de santé de Meryem Mehdi se dégrade.

En grève de la faim depuis le 9 décembre dernier pour dénoncer un licenciement abusif, Meryem Mehdi voit son état de santé se dégrader de jour en jour.

Le comité des femmes du Syndicat national autonome du personnel de l’administration publique (Snapap), demande une assistance à personne en danger. « Pour le 22e jour de grève de la faim, on enregistre une grave détérioration de l’état de santé physique et morale de la gréviste, ainsi que son évacuation à l’hôpital dans un état comateux », souligne un communiqué dudit comité. Le même communiqué souligne que l’état de santé de Meryem Mehdi tend vers l’irréparable : « Chute de la tension artérielle, hypoglycémie, perte de poids jusqu’à 40%, trouble de l’appareil urinaire, difficulté respiratoire et fatigue extrême due à l’anémie » indique le communiqué du Snapap qui tient comme premier responsable dans le cas du décès de Meryem, « la direction générale de British Gas ».

Pour rappel, Meryem Mehdi est en grève de la faim pour dénoncer le harcèlement et le licenciement dont elle a été victime par la compagnie British Gas à Hassi Messaoud. La gréviste conteste une « campagne d’intimidation et d’humiliation » sanctionnée par un licenciement, le 8 novembre 2009. Le comité des femmes du Snapap, qui a appelé à un rassemblement demain devant la maison de la presse Tahar Djaout, en signe de contestation de la décision de British Gas, dénonce le refus « du directeur général de British Gas à Alger d’accepter de discuter avec les représentants du comité de soutien des travailleurs algériens comme médiateur ». Ceci, et d’avertir les responsables de British Gas à Londres sur la dégradation de l’état de santé de Meryem Mehdi, âgée de 42 ans, et le refus de la direction en Algérie de lui ouvrir les portes du dialogue. Le comité du Snapap appelle les travailleurs à se mobiliser pour l’action du 3 janvier en vue de faire pression et obtenir la réintégration de la gréviste.

Par N. B.
El Watan, 2 janvier 2010

ALERTE ! Première censure sur l’internet algérien

Nous sommes le 1er janvier de l’année 2010 et nous apprenons ce matin même que la première censure sur l’internet algérien est déjà opérationnelle !!

J’ai appris donc par des amis résidents en Algérie que le site Rachad.org n’est plus accessible la-bas alors qu’il l’est complètement via d’autres pays. La déduction est très simple à faire, il s’agit bel et bien d’une censure d’un site de l’opposition algérienne installée à l’étranger (?!).

A l’instar des pays voisins tels que la Tunisie, oubien encore des pays connus pour leur atteinte à la liberté d’expression comme la Chine, la Birmanie, l’Iran ou la Turquie, l’Algérie vient de s’inscrire « fièrement » dans la liste des pays qui censurent internet au de-las des règles « officiellement  » annoncées par les autorités, à savoir que le filtre qui rentre en activité aujourd’hui vise théoriquement à « protéger » les algériens de la pornographie et du terrorisme.

Force est de croire que l’objectif premier de cette loi est de museler encore plus les opposants politiques au régime dictatorial algérien et imposer aux citoyens une information totalement contrôlée par les services de communication de ce même régime. Le citoyen n’a biensur pas le choix sur l’information, il y’ a plus haut, des têtes bien pensantes qui « filtrent » pour lui la « bonne information » à laquelle il a droit.

Rappelons que ceci est complètement inacceptable et représente une autre transgression des libertés fondamentales du citoyen algérien, libertés largement restreintes par ailleurs par ces mêmes autorités notamment grâce à l’état d’urgence que subissent les algériens depuis bientôt 20 ans.

  • Voir aussi sur lequotidienalgerie.org du 01/01/2010
  • ButterflyOfFire (blogueur algérien) signalait déjà début novembre les risques de dérapages concernant cette loi , à lire son billet du 06/11/2009 ici
  • Voir aussi l’intro de ma vidéo d’il y’ a à peine 3 jours où je soupçonnais fortement cette censure pour les débuts de l’année 2010 … il faut dire qu' »ils » ont fait plus vite que la musique 🙂
  • Lire cet interview d’un blogueur algérien sur algerie-focus.com à propos d’une éventuelle censure sur le net algérien.
  • El Watan a aussi soulevé les mêmes questionnement dans son édition du 10 novembre 2009.
  • Toujours à propos de la loi sur cybercriminalité, je conseille aussi de voir cette vidéo de ButterflyOfFire qui date de décembre 2008 … quand la loi a été mise en route par le gouvernement algérien.
  • Meilleurs voeux pour 2010 chers ami(e)s !

    Tous mes voeux de bonheur et de réussite pour vous chers amis…. en espérant que cette nouvelle année sera l’année du changement démocratique en Algérie. Rendez-vous est donc est pris pour l’année prochaine. Ciao !

    Crédit dessin : Islem pour algérie-focus.com