Le docteur Fekhar doit-il mourir ?

« Je ne suis pas d’accord avec vous, mais je me battrai pour que vous puissiez le dire »

Le militant de Ghardaïa, Dr Fekhar est en grève de la faim depuis presque 3 mois consécutifs. Pour rappel, il a été arrêté suite aux tragiques événements qui se sont déroulés dans cette ville il y’a de cela quelques années. Son état de santé est très grave selon les avocats qui ont pu lui rendre visite et il risque de très gros soucis si cela continue ainsi. Il risque la mort certaine, sans parler des séquelles que laisseront ces mois de grève de la faim.

Les autorités en place sont responsables de la situation, car il s’agit bel et bien d’un cas de déni de justice, n’ayant pas été présenté au juge depuis tout ce temps passé en prison. Etre jugé dans la transparence et de manière équitable est un droit fondamental que le régime algérien piétine sans vergogne.

Nous sommes bel et bien face à une dictature violente et illégale, qui n’hésite pas à tuer ou à laisser mourir les citoyens algériens.

Il faut aussi croire que le régime veut instrumentaliser cette situation pour continuer à mettre le feu à une région du pays, une stratégie du chaos et de l’instabilité qui lui permet de justifier sa main mise autoritaire sur le pays.

Il faut au passage faire remarquer que le cas du Dr Fekhar n’est pas unique, et les prisons algériennes croulent sous le poids des détentions arbitraires, injustes et parfois totalement illégales. Des avocats des droits de l’homme ont souvent signalé des atteintes diverses et parfois graves aux procédures et aux lois en vigueur. « La justice a quitté les tribunaux algériens depuis belle lurette » affirmait récemment un de ces avocats.

Voilà, il faut absolument mettre les autorités algériennes face à leurs responsabilités. Elles sont tenues d’apaiser les esprits et de rendre justice de manière équitable pour tous les détenus, assurer le respect des droits fondamentaux des citoyens et rendre des comptes pour le moindre dépassement de ces règles.

Quant aux militants qui font du 2 poids et 2 mesures fonction du bord idéologique de la victime de la dictature, il faut reconnaître que cela montre à quel point les « élites » sont HS Hors Service, incapables d’assumer leur rôle d’élite consciente des véritables enjeux quand elles ne sont tout simplement pas de simples clientèles d’une dictature qui pue à des kilomètres.

Samir Belateche 03 / 04 /2017

PS: Je ne suis pas du même bord politique que le Dr fekhar notamment depuis qu’il fréquente les indépendantistes, mais cela ne change ABSOLUMENT rien à ma position face à la possibilité de le voir mourir dans les geôles de la dictature. « Je ne suis pas d’accord avec vous, mais je me battrai pour que vous puissiez le dire »

Nouveautés

Discussions

Twitter

admin Écrit par :

Un commentaire

  1. mustapha madani
    3 avril 2017
    Répondre

    je soutiens tous les militants et salut leur lutte quelque soit leur cause qui sont victime de persécution, séquestration , ou emprisonnement.,… je ne peut que souhaiter un prompt rétablissement et une libération dans les meilleuirs délais possibles au docteur Fekhar, sa douleur est la notre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *