1989 – 1992: Une transition gérée par le pouvoir illégitime ! (point de vue)

J’ai revu hier la vidéo de l’émission datant de 1991, animée par Mourad Chebine et faisant débattre Abassi Madani du FIS et Abdelhamid Mehri du FLN allah yarahmou.

Bien sûr qu’il faut commencer par se remettre dans le contexte pour comprendre un peu les enjeux, les tenants et les aboutissants d’un tel débat. Mais je n’ai pas pu m’empêcher de penser à l’énorme gâchis qu’était finalement, cette période « électorale » de 1991/92. Un gros gâchis qui aura par la suite donné lieu à l’une des plus grandes horreurs vécues par le peuple algérien depuis l’indépendance.

Pourquoi gâchis ? et bien parce qu’on peut très clairement voir le piège dans lequel la classe politique d’alors a été mise. Un piège mortel qui n’a pas tardé à donner ses « fruits rouges sang ». Cette période qui était supposée être celle de la transition vers la démocratie et la nouvelle république issue de la constitution de 1989, cette période a été gérée par le régime en place et notamment par le pouvoir occulte qui tenait déjà le pays d’une main de fer depuis 1962.

Et bien ce pouvoir qui ne voulait bien sûr pas lâcher, a tellement bien géré la « phase de transition » qu’il a mené tout le monde vers le mur , et à une vitesse appréciable. Une vitesse qui ne pouvait donner que la catastrophe que l’on a connu durant les années 90s. En effet, comment voulez-vous qu’un pouvoir mafieux et illégitime organise lui-même sa sortie de la scène politique et sa fin ? Comment a t-on pu lui faire confiance sans voir venir le piège ?

Une véritable transition doit obligatoirement échapper au contrôle de l’ancien régime; sinon le prix à payer sera très très cher. Et je passe sur les délires totalement inadéquats des uns et des autres, et qui donnaient l’occasion au pouvoir de l’ombre de mener tout ce beau monde vers le chaos et de mener tout le pays vers l’abime.

 25 ans plus tard, nous espérons sincèrement que les gens ont tiré les leçons de cette expérience, et qu’à l’avenir de telles erreurs et ce manque de vision ne se reproduiront plus …. Nous n’en sommes pas sûrs malheureusement, que la maturité sera au rendez-vous.

Samir Belateche

mehri-madani

Nouveautés

Discussions

Twitter

Rédaction Écrit par :

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *