Égypte. Sale temps pour les égyptiens

Lors du coup d’état du 03 juillet 2013 en Egypte, un ami à moi, se déclarant démocrate (mais en réalité non pratiquant), avait applaudi ce coups de force, et me disait avec une « naïveté » déconcertante qu’il est content et qu’il n’a pas peur pour la démocratie, puisque l’armée va se retirer très vite pour rendre le pouvoir au peuple (faisait-il semblant de croire!). L’essentiel était de stopper les islamistes à qui il reprochait leurs « intentions supposées d’hégémonie ». Moi je connaissais la réalité de ses fausses affirmations en total déphasage avec les faits politiques en Egypte, et je connaissais aussi trop cette position de certains qui applaudissent les putschs militaires, dès qu’ils ont perdu des élections. C’est malheureusement du « déjà vu » pour l’algérien que je suis.

Perso, j’étais clairement triste et abattus , le scénario algérien se rejoue à l’identique en Egypte, et la suite des événements étaient pour moi connue et facile à deviner. Des assassins de l’armée et leurs collaborateurs de la société civile ont pris le pouvoir par la violence , font payer très cher à la population sa volonté et ses désirs de liberté et de dignité, et ne ils lâcheront plus le morceau tant que cela restera possible pour eux.

Les généraux égyptiens font donc comme leurs collègues algériens, ils tueront des millions de citoyens si cela s’avère nécessaire pour garder le pouvoir et les millions de dollars qui vont avec.

Comme pour l’Algérie, une petite partie de la société civile, et de l’élite (auto proclamée « démocrate ») sera utilisée pour justifier l’injustifiable et pour tenter de blanchir une façade démocratique tellement sale et puante.

Depuis le coup d’état militaire contre la légalité en Égypte , des dizaines de milliers de morts sont comptabilisés, en plus des arrestations arbitraires, des violences et des tortures sur toutes les voix dissidentes. Et je passe sur le système politique et médiatique totalement verrouillés sans aucune gène, et ceci est vrai malgré les discours creux et fallacieux de certains portes paroles civiles pour le compte des chawichs – militaires putschistes. L’Égypte est volontairement plongée dans une situation d’insécurité afin de justifier là aussi les actions répressives des services de sécurité.

A noter aussi que malgré la répression féroce et les vrais faux attentats, la société égyptienne continue à résister pacifiquement au putsch dans le but de revenir à la légalité des urnes et à la légitimité révolutionnaire, celle qui vise à dégager la dictature et la main mise d’une oligarchie militaro-financière sur le pays et sur le peuple, une résistance qui vise à rétablir les objectifs premiers de la Révolution et de ceux qui sont sortis contre le régime de Moubarek durant l’année 2011.

En attendant, le scénario algérien se reproduit chez nos amis égyptiens à qui nous devons tout le respect du monde pour leur courage et lucidité politique dans la lutte pacifique contre la dictature des assassins et de leur clients civiles.

Samir 19 01 2014
Photo: (AFP) Préparatifs dans un bureau de vote le 13 janvier 2014 au Caire

Nouveautés

Discussions

Twitter

Rédaction Écrit par :

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *