"Révolution", l'expérience algérienne comme "modèle" ?

imagesJ’ai écrit ce matin un long texte (point de vue) que je n’ai pas pu poster, car j’utilisais mon téléphone pour ce faire, et dans les transports. Me voilà obligé de le réécrire, de mémoire, histoire de partager avec vous cette petite réflexion:

Depuis plusieurs mois, j’ai souvent discuté avec des amis tunisiens à propos de la situation qui prévaut dans leur pays. J’ai aussi un ami avec qui j’échange quotidiennement à ce propos. C’est dire aussi que j’ai beaucoup de respect pour nos voisins tunisiens, même s’il m’arrive de ne pas partager le point de vue de mes amis.

A observer de près les événements en Tunisie donc, je me retrouve presque systématiquement replongé dans notre Algérie des années 1989, 90, 91, 92 et suivantes, que tout le monde connait me semble t-il, et dont il n’est pas la peine ici de revenir sur tous les détails de cette expérience.

En effet à suivre l’actualité de nos voisins, comme pour les algériens dans ces années là, les citoyens sont très impliqués et excités à l’idée de changer le système et d’installer un nouveau système qui les respecte enfin, et qui jette aux oubliettes de l’Histoire les années de plomb et de dictature violente et destructrice.

On constatera aussi toutes les difficultés et autres défis auxquels sont confrontés les citoyens pour réussir cette première phase « post dictature ». Les mêmes problèmes apparaissent durant la phase de transition, à savoir :

– Les résistances des anciens du régime dictatorial, qui souvent ne lâchent rien de leurs anciens privilèges et pour lesquels ils sont prêts à tout pour les garder.

– L’immaturité et parfois l’irresponsabilité de certains opposants qui occupent désormais le terrain politique ainsi libéré. En effet, 50 ans de dictature et de « non politique » pratiqué par le régime ancien, peut donner ce genre d’hommes et de femmes politiques pas expérimentés, et parfois mêmes clairement aventuriers, sans capacités politiques suffisantes pour aborder cette étape cruciale.

– Le cas de certains citoyens qui sont prêts à tout pour « prendre le pouvoir » en dehors de tout mécanisme démocratique. Une tendance à l’hégémonie qui touche tous les bords politiques, comportements parfois violents qui s’expliquent, me semble t-il, par l’éducation politique que tout le monde a reçu durant les décennies de la dictature. Une pratique politique que certains rééditent systématiquement après la chute de la dictature.

Arrêt_du_processus_électoral_de_1991_en_Algérie

– Le cas de la presse et des médias complètement pervers et qui ne servent dans cette phase que comme outils de propagande, de brouillage des pistes et parfois de tribunes pour les anciens du régime qui tentent de se réinstaller et de reprendre la main sur le cours des événements. Cette presse souvent appartenant aux mêmes décideurs issus de la dictature ancienne fera toute pour implanter le décors nécessaire pour un retour en arrière.

– Le cas des grandes puissances internationales aussi qui tentent de peser de tout leur poids sur le cours des choses, et toujours dans le but de limiter au mieux le pouvoir du peuple qui vient d’être repris aux mains de la dictature. Comme pour l’Algérie, on constatera comment ces puissances prennent fait et cause pour les forces occultes qui tentent de chavirer « la révolution » et de la conduire droit … dans les bras de l’ancien régime.

Voilà, résumé quelques points de ressemblance entre l’expérience algérienne avec ce qui se déroule en ce moment même chez nos voisins. Cette comparaison ne doit bien sûr pas cacher les différences entre les deux cas, notamment celles liées aux contextes historiques dans lesquels se déroulent ces événements. En effet l’expérience algérienne a déjà plus de 20 ans d’ancienneté, ceci est très important à prendre en compte , je pense.

Espérons toute la réussite à nos voisins qui tentent de s’en sortir dans des conditions difficiles et que l’expérience algérienne serve de leçons pour éviter les erreurs et autres pièges qui ont coûté très chers aux algériens durant les années 90, expérience que tout le monde connait dans ses moindres détails.

Samir 03 / 10 / 2013

Twitter

Rédaction Écrit par :

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *