Ainsi parlait Nezarathoustra

I-Grande-6813-memoires-de-colonel-khaled-nezzar.netMon fils écoute bien ce conseil.

Je te lègue ce pays avec tout ce qu’il a. Ses citoyens, sa richesse et tout … et tout. Tu pourras en disposer à ta guise, comme je l’ai fait moi-même sans aucun soucis.

N’oubli pas qu’il faut être sans pitié avec celles et ceux qui résisteront à ta volonté. Nos services de sécurité sont là pour ramener dans le troupeau les brebis égarées.

Si par malheur, ces satanés citoyens se révoltaient tous en même temps, et que leur révolte est tellement forte que tes services de sécurité et ton armée ne peuvent les stopper, je te conseille de faire comme j’ai déjà fait à l’occasion des précédentes révoltes.

Il suffira de laisser passer l’orage, de faire semblant de jouer le jeu des révoltés, en lâchant un peu de lest et en faisant sauter un ou deux fusibles prévus à cet effet (faire sauter par exemple , le premier Ministre, ou même le président).

Tu fais de belles déclarations en direction du peuple, annonçant ton acceptation d’une transition vers une nouvelle république et vers la démocratie, et que tu jures devant dieu de te plier aux attentes du peuple.

Ainsi donc, des élections seront organisées sans que tu interfères dans les résultats. Tu laisseras sortir des élections un gagnant, une majorité politique et une minorité qui fera office d’opposition.

Tu verras mon cher fils, qu’au bout de 2 ou 3 ans, ces différents acteurs politiques vont se bouffer les uns les autres , pour ton plus grand bonheur et sans avoir à faire quoi que se soit.

Ces bougres, se feront la guerre, se détruiront et oublieront très vite ce pourquoi ils se sont révoltés. Ces bougres sont aussi assoiffés de pouvoir que nous le sommes.

Si cette mayonnaise ne veut pas prendre, n’hésites pas à y mettre quelques ingrédients pour la faire prendre, tous les moyens sont permis alors pour organiser cette guerre entre acteurs politiques post-révolution.

Quand tu verras que tout ce beau monde est assez affaibli par la guerre qu’ils se mènent les uns contre les autres, tu pourras alors très aisément siffler la fin de la récréation, en arguant que finalement sans toi, rien n’est possible dans ce sacré pays.

N’ai pas peur de le faire ainsi mon cher fils, ces bougres te tendront sur un plateau en or leurs têtes pour les couper. Tu feras alors à ta guise, pendant au moins quelques décennies. Tu recommenceras si nécessaire et n’oublies jamais de transmettre ce secret de famille à tes enfants quand je ne serai plus là pour vous guide.

… ainsi parlait Nezaratoustra à son fils, le futur dictateur 🙂

Par Samir 01 08 2013

Nouveautés

Discussions

Twitter

Rédaction Écrit par :

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *