Emeutes en Algérie – Ma proposition

Nouveautés

Discussions

Twitter

admin Écrit par :

3 commentaires

  1. goudron k
    6 janvier 2011
    Répondre

    Ayɣer tettmeslayeḍ s taɛrabt ? Izzayriyen iqbayliyen neɣ wid izedɣen di Fransa bɣan adfehmen acu deqqareḍ. Tanemmirt.

  2. 7 janvier 2011
    Répondre

    Depuis deux mois des multiples crises ne cessent d’apparaître l’une après l’autre. Après le manque de liquidité dans les banques en générale et les bureaux d’Algérie poste en particulier, la quête d’un sachet du lait sera le soucis de tous les citoyens pendant une quinzaines de jour, des crises comme un séisme ayant par hasard comme point de départ la Kabylie, Cette dernière est connue par son refus totales les basses manœuvres du pouvoir, leurs inaction et leurs mutisme, cette fois-ci, à stimuler les tenants du pouvoir d’ aller en avant en procédant à d’autres agissements irresponsable par l’augmentation inexplicable des produits alimentaires de large consommation, en endossant ces hausses permanentes aux marchés mondiaux. Des émeutes éclatent un peu partout sur le territoire national, Tipaza, Oran, Bab-El-oued… Pour le régime algérien cette « petite » révolte, spontanée d’une jeunesse dépérit ne représente aucune menace, aucune revendication politique, aucune structuration ni organisation. Quelques groupes d’individus, de classes sociales défavorisées, qui descendent dans les rues pour un seul objectif ; semer le chaos, tout casser ! Ce procèdes violent de la part de la population n’aura comme conséquence que la répression, ainsi toutes les forces de sécurité (dont l’augmentation salariale à depassée les 50%) y a compris celle destiner à la lutte anti-terroriste seront déployer pour y faire face, les meutes du pouvoir seront lâchées. De cette façon je suis convaincu que rien ne changera, à part de régler les marchés locaux pour quelques mois afin de calmer ces cris, en éjectant quelques milliards de dollars. Mais l’étincelle est là. Il suffit de réclamer fort le départ de cette maffia qui nous gouverne. Nous on avant assez souffert. Pour cela nous devons se serrer les mains, s’armer de courage et de volonté afin de contrecarrer les dessins sataniques de cette poignés des décideurs qui mettent leurs intérêts et celui de leurs enfants et proches au dessus de tout. Méditant un peu le génie de nos valeureux martyrs pour tirer des leçons, comment à votre avis la révolution algérienne a su s’inscrire dans l’agenda des travaux des Nations unis ? Comment a pu résister à toutes les opérations menées par l’armée coloniale ? – c’est par la grève. Faisant de la journée de 08 janvier 2011 le début d’une grève nationale générale illimitée jusqu’à la satisfaction de nous revendications légitimes. Circuler sur le net et tous les forums cette information. Que les écoles, les universités, les administrations et les usines ferment leurs portes, les commerçants baissent les rideaux… c’est la seule façon qui obligera ces décideurs de prendre des mesures concrètes pour porter assistance à un pays et à son peuples agonisant.

  3. 7 janvier 2011
    Répondre

    Brûler les responsables
    Il n’ y a pas lieu de brûler les édifices publics qui sont la propiété du peuple mais il faut brûler les responsables: ministres, députés, walis, chefs de dairas, directeurs centraux. En un mot tous les responsables et leuts familles. Il faut élever des bûchers partout en Algérie et vous verrez que jamais plus aucun ne s’amusera à venir réclamer le pouvoir s’il n’a pas l’amour de son peuple. Quant aux militaires et aux services de sécurité, il faut leur répondre par l’équation suivante: pour tout citoyen tué de leurs mains dix militaires ou agents de police doivent mourir car ils sont là pour protéger leur peuple et non les voleurs de leur peuple. Bouteflika et Ouyahia méritent d’être brûlés vifs car ils ont planifié la misère dans notre pays

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *