MAROC: Violations de la liberté d'expression : La blogosphère en grève d'une semaine


Politik, Téchnologies / lundi, février 1st, 2010

La colère gronde au sein de l’Association des blogueurs marocains (ABM) qui dénonce des violations successives de la liberté d’expression enregistrées durant l’année 2009. Selon un communiqué de l’ABM, l’année écoulée a été celle de tous les dangers et de toutes les transgressions à l’égard des journalistes et blogueurs. Elle a été marquée par des arrestations, des amendes iniques et de lourdes peines de prison.

01 02 2010: Nous venons d’apprendre que le blogueur Boubaker Al-Yadib vient d’être jugé à 6 mois de prison fermes et 500 DH d’amende

En signe de protestation et suite à la récente arrestation de Bachir Hazzam, blogueur, et d’Abdullah Boukfou, propriétaire d’un cybercafé à Taghjijte, l’ABM appelle tous les blogueurs marocains à observer un « deuil » d’une semaine, du 25 au 31 janvier courant. Elle invite ces derniers à geler leurs activités de blogueurs. Elle exhorte, par ailleurs, la blogosphère marocaine à médiatiser la photo de Bachir Hazzam et mobiliser l’opinion publique nationale et internationale autour de cette affaire.

Pour Saïd Jabli, président de l’Association, « cette action vise à tirer la sonnette d’alarme, à sensibiliser l’opinion politique sur un problème grave, celui de l’atteinte à la liberté d’expression. Il y a une attaque systématique contre cette liberté et certains blogeurs en paient le prix ».

En effet, 2009 a connu une chasse aux blogueurs sans précédent, menée par les autorités durant décembre 2009 dans le sud du pays et qui s’est soldée par l’arrestation de Bachir Hazzam pour avoir publié sur son blog un communiqué diffusé par des étudiants au sujet des manifestations du 1er décembre dernier à Taghjijte. Mais aussi de Abdullah Boukfou, propriétaire d’un cybercafé, également accusé d’avoir diffusé des informations relatives à ces manifestations et pour « possession de publications incitant à la haine raciale ».

Le blogueur Abdelaziz Salami a été condamné à six mois de prison ferme pour sa participation auxdites manifestations. Quant à Boubaker Al-Yadib, blogueur, il est actuellement recherché par les forces de sécurité pour sa couverture des événements.

Cette campagne d’arrestations de blogueurs ne date pas d’aujourd’hui. En 2007, la blogosphère marocaine avait déjà connu des tracasseries de la part des autorités publiques. Ainsi, le site des auteurs des vidéos montrant des gendarmes marocains en flagrant délit de corruption, avait été bloqué par Maroc Telecom et les responsables du site ont été par la suite identifiés. La même année, Fouad Mourtada, un jeune ingénieur informaticien, avait été arrêté et condamné à trois ans de prison et à une amende de dix mille dirhams, pour avoir créé un faux profil de SAR le Prince Moulay Rachid sur Facebook. Une année plus tard, Mohammed Erraji, autre blogueur, écopait à son tour de deux ans de prison et d’une amende de cinq mille dirhams pour « avoir manqué de respect au Roi ». Le blogueur a été remis en liberté, les charges retenues contre lui ayant été annulées en raison d’irrégularités.

Le président de l’ABM estime que cette situation malsaine doit cesser. « On ne peut pas parler de démocratie, de développement, d’Etat de droit, s’il n’y a pas de liberté d’expression, de liberté de citoyen d’accéder à l’information. Un Maroc libre et démocratique ne peut exister sans des médias libres et indépendants de la tutelle de l’Etat», a affirmé Said Jabli.

Il faut noter qu’au Maroc, il n’y a pas un cadre juridique qui structure les médias numériques. « Ce vide juridique est voulu et entretenu par l’Etat qui peut ainsi frapper n’importe où et n’importe comment, puisqu’il n’y a pas de loi. Ce vide traduit aussi le manque d’une vision et d’une politique claire en la matière, mais aussi l’ignorance et la peur de nos responsables», déplore Saïd.

Évoquant la question de Maroc Blog Award, prévue le 29 janvier courant au Théâtre Mohammed V à Rabat et qui coïncide avec la grève lancée par l’association, Saïd Jabli a déclaré que l’ABM ne va pas participer à l’édition de cette année et qu’elle n’a aucune objection au déroulement de cet événement.

Rappelons que l’Association des bloggeurs marocains a vu le jour le 13 mai 2009 à Rabat. Il s’agit de la première association du genre au monde, les blogosphères mondiales étant réticentes à ce genre d’organisations qui ne cadrent pas avec l’esprit de désorganisation et d’indépendance et le chaos cybernétique si cher aux internautes.
L’Association a pour but de « représenter et défendre les intérêts » des bloggeurs marocains et d’« élever le niveau du bloging au Maroc ». Un « code d’honneur » pour les blogeurs marocains sera prochainement publié par l’Association.

Via http://www.infomaroc.net/general/40-general/60808.html

http://boubakerlyadib.jeeran.com

One thought on “MAROC: Violations de la liberté d'expression : La blogosphère en grève d'une semaine

  1. Après l’Iran, l’Égypte cette foi si le Maroc, ils vont bientôt arrivé ici (ya yemma rani khaifa),
    en plus ils les obligent a avoir « code d’honneur » lazem aussi ils doivent avoir la norme ISO 9000A le vaccin contre la grippe A ,B, C vérité et le younamare.
    je viens de savoir qu’ils ont une association des bloggeurs pourquoi faire tout ça, je pense que c’est plus pour les fiché, et les suivre a la trace le comble il vont faire une gréve, (grève de la faim non juste ne plus posté d’article, c’est du n’importe quoi je m’excuse mes amis bloggeurs marocain)
    une pensé a Meriem Mehdi en greve de la faim meskina.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.