Aujourd’hui 03 janvier 2009 : 25e jour de grève de la faim de Mme Meriem Mehdi.


Humeurs / dimanche, janvier 3rd, 2010

L’état de santé de Meryem Mehdi se dégrade.

En grève de la faim depuis le 9 décembre dernier pour dénoncer un licenciement abusif, Meryem Mehdi voit son état de santé se dégrader de jour en jour.

Le comité des femmes du Syndicat national autonome du personnel de l’administration publique (Snapap), demande une assistance à personne en danger. « Pour le 22e jour de grève de la faim, on enregistre une grave détérioration de l’état de santé physique et morale de la gréviste, ainsi que son évacuation à l’hôpital dans un état comateux », souligne un communiqué dudit comité. Le même communiqué souligne que l’état de santé de Meryem Mehdi tend vers l’irréparable : « Chute de la tension artérielle, hypoglycémie, perte de poids jusqu’à 40%, trouble de l’appareil urinaire, difficulté respiratoire et fatigue extrême due à l’anémie » indique le communiqué du Snapap qui tient comme premier responsable dans le cas du décès de Meryem, « la direction générale de British Gas ».

Pour rappel, Meryem Mehdi est en grève de la faim pour dénoncer le harcèlement et le licenciement dont elle a été victime par la compagnie British Gas à Hassi Messaoud. La gréviste conteste une « campagne d’intimidation et d’humiliation » sanctionnée par un licenciement, le 8 novembre 2009. Le comité des femmes du Snapap, qui a appelé à un rassemblement demain devant la maison de la presse Tahar Djaout, en signe de contestation de la décision de British Gas, dénonce le refus « du directeur général de British Gas à Alger d’accepter de discuter avec les représentants du comité de soutien des travailleurs algériens comme médiateur ». Ceci, et d’avertir les responsables de British Gas à Londres sur la dégradation de l’état de santé de Meryem Mehdi, âgée de 42 ans, et le refus de la direction en Algérie de lui ouvrir les portes du dialogue. Le comité du Snapap appelle les travailleurs à se mobiliser pour l’action du 3 janvier en vue de faire pression et obtenir la réintégration de la gréviste.

Par N. B.
El Watan, 2 janvier 2010

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.